Salival.fr

Section A PERFECT CIRCLE
Section TOOL
Section PUSCIFER

                             
                 



Peintre et photographe, l'œuvre de Kevin Willis est bien connue de tous les fans de Tool, même s'ils ne le savent pas toujours. Depuis les tout débuts du groupe, il a en effet participé à la création de visuels, a pris des photos des musiciens, et plus tard a même produit leurs vidéos. Mais on le retrouve également chez A Perfect Circle, Puscifer, les Melvins, ainsi que plusieurs autres groupes.

Salival : Comment as-tu rencontré Adam Jones ?
Kevin Willis : Je suis parti de Seattle pour Los Angeles après la fac, où j'ai étudié l'anthropologie de l'art. Je voulais à tout prix travailler au Stan Winston Studio, je voulais apprendre pleins de choses sur les effets spéciaux. C'est là que j'ai rencontré Adam. J'ai réussi à y entrer à la toute fin du tournage de Terminator 2, qui a été suivi par la préproduction de Batman, le Défi ; j'ai aussi bossé sur Jurassic Park et quelques autres films. Ça ne payait pas tellement mais j'ai beaucoup appris, et plus important encore, j'ai fait la connaissance de supers artistes, des personnes qui sont devenus des amis et avec qui j'ai travaillé pendant de nombreuses années après ça. Adam et moi, nous avons démissionné à peu près au même moment ; nous n'avons cessé de travailler ensemble depuis.

Quels souvenirs as-tu de cette période passée au sein de ce studio ?
J'y ai manipulé des produits chimiques nocifs, j'ai travaillé pendant de longues heures, mais avec de grands artistes, j'ai rencontré Tim Burton. C'était aussi toujours la grosse déconnade. C'était une bonne période dans le domaine des effets spéciaux, car il y a eu alors vraiment beaucoup d'innovations.

       

Et c'est quoi, cette photo de toi dans le livret d'Opiate ?
C'était une blague au studio de Stan Winston. Il y avait des corps dépecés qui étaient entreposés là-bas [apparemment pour Predator 2]. C'est un bon exemple de mon sens de l'humour assez morbide. Adam était en train de confectionner une boîte pour la mettre à l'intérieur du livret, et il m'a demandé s'il pouvait utiliser cette photo. Je lui ai répondu : "Bien sûr que tu peux."

Tu as ainsi travaillé avec Tool dès les débuts du groupe. Ta peinture de Bill Hicks dans le livret d'Ænima est d'ailleurs bien connue ; qui en a eu l'idée, et que signifie-t-elle ?
Adam et moi, nous nous sommes occupés de tous les différents aspects du visuel de l'album. Tool voulait rendre hommage à feu Bill Hicks. Il a eu une grande influence sur l'album. J'ai dit que je me verrais bien peindre quelque chose, et ils ont été d'accord. Je me souviens qu'il y avait un délai à respecter : je n'avais qu'une journée pour réaliser cette peinture ! J'ai donc peint toute la nuit - j'ai écouté les Wipers pour tenir le coup -, jusqu'au moment où le coursier a frappé chez moi le lendemain matin. Ce n'était même pas encore sec quand je la lui ai passée. Ce qu'on voit dessus est quelque chose que j'ai imaginé ; là encore, ça provient de mon sens de l'humour.

Tu as également participé à la préproduction de la majorité des vidéos de Tool ; as-tu été présent pour chacune d'entre elles, et/ou comment cette participation a-t-elle évolué ?
J'ai commencé à participer aux effets spéciaux pour la vidéo de "Prison Sex". J'ai aussi eu le rôle de producteur à partir de celle de "Stinkfist".

Comment as-tu abordé cette nouvelle responsabilité ?
Produire est en quelque sorte quelque chose d'inné chez moi.

Qu'est-ce que cela implique ?
Tout !

               

Tu as même endossé le rôle du personnage principal dans la vidéo de "Stinkfist" ; peux-tu nous parler du tournage de cette vidéo en particulier, et ton expérience cette fois-là en tant que protagoniste en plus de tout le reste ?
Adam et moi expérimentions le flocage [un procédé de recouvrement par projection]. Cela offre une texture étonnante sur n'importe quel type de surface. Adam avait utilisé ce procédé pour la sculpture rouge sur la pochette d'Undertow. Nous l'avions aussi utilisé pour "l'homme bleu" dans le livret d'Ænima, et nous avons pensé que nous devrions maintenant essayer avec de vraies personnes. Nous avons fait des essais, et nous avons alors réalisé que cela pouvait comporter des risques. J'ai donc dit à Adam que dans ce cas je jouerais le personnage principal, et il a été partant. C'était tellement important pour moi d'en être. Je suis toujours dans le même état d'exaltation quand je vois cette vidéo.

D'après toi, que s'est-il passé de mieux et de pire lors du tournage des vidéos ?
Lauri Ann Larson, la femme que l'on peut voir à l'intérieur du livret d'Undertow et dans la vidéo de "Stinkfist".

Regrette-tu de ne pas avoir pu faire certaines choses lors de ces tournages ?
Bien sûr. Nous aurions pu faire bien des choses si le budget avait suivi.

En dehors de Tool, tu es à l'origine pour d'autres groupes de photographies et d'oeuvres artistiques. Au sujet de ces dernières, est-ce que tu en réalises suite à une demande spécifique, ou est-ce qu'on te demande toujours d'en utiliser certaines déjà créées ?
On me demande pour en utiliser certaines.

Tu as toi-même réalisé une vidéo (pour la chanson "Satellite Skin" du groupe Modest Mouse). Etait-ce la première fois, et as-tu d'autres projets du même genre ?
C'était effectivement ma première fois derrière la caméra. Les mecs de Modest Mouse sont de vieux amis à moi de l'époque où je vivais à Seattle. Le budget était minime, mais j'ai été satisfait du résultat. En ce moment, je prépare des courts-métrages d'horreur-comique.