Salival.fr

Section A PERFECT CIRCLE
Section TOOL
Section PUSCIFER

                             
                 





read this interview in English


Sorti en avril 2014, l'EP de Lesser Key a immédiatement été comparé à Tool. La raison à cela tient dans la présence de Paul D'Amour derrière la basse, même s'il n'est plus dans le groupe depuis plus de 20 ans. Mais non, la musique jouée aux côtés de Brett Fanger (guitare) et Justin Hanson (batterie), tout comme le chant d'Andrew Zamudio, ne sonnent pas pareil, ce qui n'enlève rien à la qualité de l'ensemble.

Salival: Alors quel accueil l'EP a-t-il reçu, et comment s'est déroulée la tournée ?
Lesser Key:
L'EP a été assez apprécié. Nous sommes partis en tournée avec différents groupes, parmi lesquels Cynic et Deftones, et nous avons fait un passage au Royaume-Uni, notamment aux festivals de Reading et de Leeds, sans oublier une session live au Rock Show with Daniel P. Carter sur BBC Radio 1. Nous nous sommes également rapprochés de beaucoup d'artistes qui sont sur la même longueur d'onde, pour des collaborations et des tournées à venir. Cela a été une réussite dans l'ensemble, car nous avons pu présenter ce que nous faisons devant un large public et gagner de nouveaux fans.

Sinon d'où venez-vous ?
Nous sommes originaires de Saint-Louis, dans le Missouri. Paul est sur Los Angeles, mais il est à la base de Spokane, dans l'Etat de Washington. Le groupe a commencé à Saint-Louis en 2008.

Le groupe se présente comme "une exploration de liberté personnelle et artistique". Pouvez-vous développer ?
Nous avons tous des centres d'intérêts très personnels, et nous créons autour de cela et à partir de nos influences musicales. Le plus souvent, nous essayons de sortir des sentiers battus et nous apprécions d'avoir la liberté de le faire. La plupart des groupes jouent et créent dans une matrice qui correspond aux tendances du moment chez les labels. En ce qui nous concerne, nous essayons plutôt de rester fidèles à nous-mêmes et à notre vision artistique.

Comment avez-vous rencontré Paul D'Amour ?
Paul est intervenu après que nous ayons déjà enregistré un album dont certains titres ont seulement été diffusés sur des sites web, et sur lesquels il est tombé.

   


Qu'est-ce que sa présence a changé ?
Paul a vraiment apporté sa contribution personnelle aux chansons. Nous avons à nouveau enregistré la basse avec son son à lui, et en utilisant certaines des idées qu'il a eues pour les compositions.

Il a attiré l'attention sur le groupe, mais n'avez-vous pas craint la comparaison avec ses projets voire Tool ?
Paul est un véritable artiste, et il a été impliqué dans de nombreux projets après avoir quitté Tool il y a maintenant longtemps. Nous constatons des similitudes entre les deux, mais nous nous intéressons davantage à développer ce qui nous différencie des autres plutôt qu'à ce qui nous lie à d'autres groupes.

Un autre lien avec Tool est la production signée Sylvia Massy ; comment s'est déroulée cette étape ?
Cela a été cool de travailler avec elle. Nous étions coincés dans cette petite ville de montagne qui s'appelle Weed et qui se trouve en Californie. Comme il n'y avait aucune distraction là-bas, cela nous a aidés à nous focaliser sur le processus d'enregistrement. Il y a beaucoup de mythes qui entourent la ville, comme ceux des Lémuriens et des extraterrestres liés aux civilisations pré-humaines. Il y a une énergie et une ambiance qui se dégagent de tout ça, ce qui permet à l'esprit de s'échapper du rationnel et de commencer à aborder des couches plus abstraites de la pensée.

Quelles sont vos principales influences musicales et visuelles, les deux étant importants pour vous ?
Nos goûts musicaux sont très semblables, dans le sens où nous sommes attirés par tout ce qui a un côté artistique ou un caractère original. Nous aimons beaucoup de musiques et de films très différents les uns des autres. En ce qui concerne l'approche visuelle pour ce projet, nous avions en tête les oeuvres de Kenneth Anger et Alejandro Jodorowsky, et nous sommes allés jusqu'à collaborer avec l'assistant de Kenneth Anger, Brian Butler, pour la vidéo de "Intercession".


L'occulte est ainsi très présent aussi bien dans vos concepts que dans vos artworks. Qu'est-ce que cela représente pour vous, et pourquoi est-ce si important ?
Ce qu'exprime pour nous l'occulte, ce sont les aspects cachés et ésotériques dans ce qui est l'essence de l'esprit et de l'environnement chez l'Homme. C'est une réelle opportunité qui s'offre à tout un chacun, en permettant de penser en dehors des conceptions de la réalité convenues et généralisées.

Enfin pouvez-vous nous en dire un peu plus sur l'album à venir ? Sera-t-il en rapport avec Le Meilleur des Mondes d'Aldous Huxley ? (d'après la citation récemment postée sur votre page Facebook)
Cela suit son cours pour le nouvel album. Nous avons un ensemble de chansons sur lesquelles nous travaillons, et que nous continuons à développer. Par contre, bien qu'Huxley soit quelqu'un de brillant, il n'y a pas de rapport direct avec lui ou qui que ce soit d'autre.